Constantin Von Rosenschild, né en 1994 à Rennes explore ce que la technique et l’artisanat font à l’art.

Après un court passage par l’ébénisterie, il passe une licence d’arts plastique à l’université Paris 1, centre Saint Charles, et rejoint ensuite les Beaux arts de paris, dans les ateliers de Dominique Gauthier puis d’Hélène Delprat.

C’est la construction et la volumétrie du châssis de tableau qui le font passer dans le domaine de la fabrication, passant du registre technique du professionnel à celui du bricoleur inspiré en privilégiant l’usage du bois.

La pièce présentée au parc du Bel Ébat synthétise, décompose et recompose les formes des bâtiments alentours dans une structure en bois de charpente qui, par le jeu de ses assemblages farfelus invite à continuer à la construire en imagination.

Charpente infinie, bois, dimensions à définir (la pièce n’est pas encore produite, elle devrait représenter un volume de 2m de long, 1m5 de large et 1m5 de haut).